Les cancers thyroïdiens

La plupart des cancers thyroïdiens se manifestent sous la forme de nodules mais plus de 95% des nodules thyroïdiens sont bénins.

Parmi les cancers, plus de 90% sont des cancers différenciés (cancers papillaire et folliculaire) dont le traitement est efficace et peu mutilant et dont le pronostic est excellent.

Les autres cancers (anaplasiques, carcinomes médullaires, lymphomes …) sont beaucoup plus rares.


Présence visible ou palpable d’un ou plusieurs nodules de la glande

V. 1) Comment découvre t’on un cancer thyroïdien ?

Les circonstances de découverte sont variables :

  • par la présence visible ou palpable d’un ou plusieurs nodules de la glande.
  • par la découverte fortuite d’un nodule lors d’un examen radiologique (écho-doppler des vaisseaux du cou, échographie).
  • par la présence d’un ou plusieurs ganglions dans le cou ou d’une modification de la voix.
  • enfin par l’analyse histologique d’une pièce de thyroïdectomie enlevée du fait de sa taille.

Réalisation d'une cytoponction sous échographie
Réalisation d'une cytoponction sous échographie

V.2) Quels examens complémentaires prescrit-on devant une suspicion de cancer thyroïdien ?

L’examen clinique apprécie la taille de la glande et l’existence de nodules et la palpation du cou recherche l’existence de ganglions.

L’examen du larynx s’assure de la bonne mobilité des cordes vocales.

Les examens biologiques permettent de déterminer si la glande thyroïde fonctionne normalement, par excès ou insuffisamment.

L’échographie quantifie la taille de la glande, le nombre et la taille des nodules.

A partir d’un diamètre de 1cm les nodules peuvent être ponctionnés et les cellules qui les constituent analysées ; c’est la cytoponction.

Cet examen, peu douloureux, peut être couplé à une échographie pour atteindre les nodules situés en profondeur et pas accessible à la palpation.


V.3) Dans quel cas décide t’on d’opérer ou de surveiller ?

L’attitude thérapeutique est fonction du résultat de la cytoponction :

En cas de cytologie bénigne le risque de cancer est très faible.

Une surveillance est suffisante avec réalisation d’une nouvelle échographie éventuellement associée à une nouvelle cytoponction douze à dix huit mois plus tard.

En cas de cytologie douteuse il vaut mieux effectuer une nouvelle cytoponction.

En cas de cytoponction suspecte ou de deuxième résultat à nouveau douteux il est préférable d’opérer pour analyser plus précisément (examen histologique) le contenu du nodule.

Chez les patients présentant un hyperfonctionnement de la thyroïde et un ou plusieurs nodules on réalise une scintigraphie.

En cas de nodule chaud (nodule hypersécrétant exceptionnellement malin) le traitement est chirurgical et consiste à enlever la partie de la glande thyroïde où se situent le ou les nodules.

Aspect échographique
Aspect échographique

 


Page mise à jour le : 08/01/2010